Page:Collins - Le Secret.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


blissements interminables. Encore aujourd’hui, je m’en ressens bien. Il voyait des taches mouvantes papilloter devant ses yeux. Mais j’en vois à chaque instant de ces taches, de ces taches noires, vilaines taches qui dansent, noires, bilieuses, sautillantes… Ma parole d’honneur, Chennery, on eût dit que vous parliez de moi : aussi mes sympathies ont-elles été des plus vives… Cette histoire d’aveugle m’a été au cœur. Je frémis encore rien que d’y penser.

— En le regardant, c’est à peine si vous vous douteriez que Léonard n’y voit plus, dit miss Louisa, qui se mêla tout à coup à la conversation, dans le charitable but de calmer un peu l’agitation de Phippen… À part l’immobilité de ses yeux, plus calmes que ceux des autres personnes, il n’y a guère de différence entre ce qu’ils étaient et ce qu’ils sont. Quel était donc, miss Sturch, ce personnage célèbre qui était aveugle à la façon de Léonard Frankland, sans qu’on pût s’en douter ?

— Milton, ma chère enfant. Je vous ai prié de vous rappeler, à ce sujet, qu’il est, en Angleterre, le plus célèbre des poëtes épiques, répliqua miss Sturch, du ton le plus doux. Il décrit poétiquement son état, causé, dit-il, par une goutte sereine. Vous retrouverez cela dans vos lectures, chère Louisa. Quand nous aurons, ce matin, fait un peu de français, nous ferons un peu de Milton… Taisez-vous, ma chérie, laissez parler votre père.

— Pauvre jeune Frankland ! dit le ministre qui s’animait… Cette bonne et tendre et généreuse enfant, que je lui ai donnée ce matin pour femme, semble lui avoir été envoyée comme une consolation d’en haut… S’il est donné à un être humain de le rendre heureux ici-bas, Rosamond Treverton y réussira, j’en suis certain.

— Elle s’est sacrifiée, dit M. Phippen… mais je l’en aime davantage, m’étant sacrifié, moi aussi, en restant garçon. L’humanité m’en faisait un devoir. Comment, en bonne conscience, aurais-je pu infliger des digestions aussi pénibles que sont les miennes, à une créature du sexe le plus beau et le plus faible ? Non. Je suis, pourrait-on dire, un sacrifice en chair et en os. J’éprouve donc un sentiment fraternel pour ceux qui ont, ici-bas, le même emploi… Pleurait-elle beaucoup, Chennery, quand vous l’avez mariée ?

— Pleurer ? répéta le ministre avec quelque dédain. Rosamond Treverton, sachez-le bien, n’est pas une femmelette sentimentale, une poupée pleurnicheuse. C’est une belle fille, au teint fleuri, cœur chaud, humeur égale, qui sait ce qu’elle