Page:Collins - Le Secret.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui lui était devenu odieux. Il aimait autant sa femme qu’il était aimé d’elle, et il avait en horreur tout ce qui lui rappelait leur séparation. Avec sa petite fille, et une parente de mistress Treverton qu’il avait prisé comme institutrice, il vint s’établir dans notre voisinage, où il prit à bail un joli cottage, là-bas, dans les terrains dépendants de l’église, auprès de cette grande maison dont vous aurez remarqué les jardins entourés de hautes murailles, près de la route de Londres. Cette maison, à l’époque dont nous parlons, était habitée par les père et mère de Léonard Frankland. Il en résulta une grande intimité entre les deux nouveaux voisins ; et ce fut ainsi que se trouvèrent élevés ensemble les jeunes gens que j’ai mariés ce matin ; c’est ainsi qu’ils s’éprirent l’un de l’autre, dès la toute première jeunesse, et presque avant d’avoir mis bas leurs tabliers d’enfants.

— Chennery, mon bien bon, ne vous fais-je pas l’effet d’être assis tout d’un côté ! s’écria M. Phippen, interrompant tout à coup, d’un air effrayé, le récit du ministre. Je suis honteux de vous interrompre… mais le gazon de ce pays-ci me semble d’un mou !… Un des pieds de mon tabouret raccourcit de minute en minute… je creuse, mon ami…, j’enfonce à vue d’œil… Bonté divine ! je me sens m’en aller… Sur ma vie, Chennery, je vais disparaître !

— Laissez donc ! cria le ministre, soulevant, d’une main vigoureuse, d’abord M. Phippen, et ensuite le tabouret pliant de M. Phippen, lequel tabouret avait effectivement pris racine dans le sol, tout d’un côté… Par ici !… Tenez-vous sur le chemin sablé… je vous réponds que vous n’y ferez pas de trous… Eh bien, qu’avez-vous encore ?

— Des palpitations, dit M. Phippen, laissant choir son parasol et posant sa main sur son cœur… des palpitations et un mouvement de bile… Je les revois, ces taches noires, ces infernales taches noires, sautillant devant mes yeux… Chennery, vous devriez consulter quelques agriculteurs de vos amis sur la qualité de votre gazon… Croyez-m’en sur parole, votre prairie est plus molle qu’elle ne devrait l’être… Une prairie, cela ?… répéta M. Phippen, se parlant à lui-même, au moment où il se détournait pour ramasser son parasol…, c’est une tourbière.

— Voyons donc, asseyez-vous là ! dit le ministre, et ne faites pas aux palpitations, ne faites pas aux taches noirâtres l’honneur de vous occuper d’elles… Voulez-vous prendre quelque