Page:Collins - Le Secret.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’êtes pas si fort au-dessous d’elle que vous semblez le croire… Bien des dames titrées ne peuvent revendiquer une aussi belle généalogie que la vôtre. La famille de votre père, ma Rosamond, compte parmi les plus anciennes du pays… C’est tout au plus si la famille du mien remonte aussi haut ; et nous étions gentilshommes terriens, lorsque bien des noms de la pairie n’avaient pas encore la moindre notoriété… Aussi, est-il presque ridicule de vous entendre vous appliquer à vous-même l’épithète de radicale.

— Je ne m’intitulerai plus ainsi, mon Lenny… seulement ne me faites plus cette mine sérieuse… Je me déclare même tory, si j’ai pour cela un bon baiser et le droit de rester encore un peu sur vos genoux. »

Le sérieux de M. Frankland ne fut pas à l’épreuve de ce changement subit dans les opinions politiques de sa femme, et des conditions qu’elle y mettait. Son front s’éclaircit, et il se mit à rire presque aussi gaiement que Rosamond elle-même.

« À propos, dit-il, lorsqu’un moment de silence lui eut permis de retrouver le fil de ses pensées ; ne vous ai-je pas entendu prescrire à miss Mowlem de poser une lettre sur la table ?… Est-elle pour vous ou pour moi, cette lettre ?

— Ah ! je l’avais bien oubliée, dit Rosamond, courant vers la table. Elle est à votre adresse, Lenny… et, quel bonheur !… elle porte le timbre de Porthgenna.

— Elle doit être, alors, de l’entrepreneur que j’ai envoyé au vieux manoir pour voir aux réparations. Prêtez-moi vos yeux, chère amour, et sachons ce que dit ce brave homme. »

Rosamond ouvrit la lettre, approcha un tabouret des pieds de son mari, et, s’accoudant sur ses genoux, elle lut ce qui suit :

À LÉONARD FRANKLAND, ESQUIRE.

Conformément aux instructions dont vous m’avez honoré, je suis venu à Porthgenna-Tower pour constater les réparations dont l’édifice en général, et le pavillon nord en particulier, peuvent avoir besoin.

L’extérieur ne réclame qu’un léger nettoyage, et, çà et là, quelques ravalements. Les murs et les fondations semblent faits pour l’éternité. Je n’avais jamais vu un travail d’une solidité pareille.

Je ne puis parler de l’intérieur en termes aussi favorables. Les appartements de l’ouest, habités pendant le séjour du capitaine Treverton, et tenus bien clos, depuis lors, par les personnes chargées de garder la maison, sont en assez bon état. Deux cents livres sterling, tout compté, suffiraient pour couvrir tous les frais que j’aurais à y faire pour les re-