Page:Collins - Le Secret.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Bon Dieu, chère amour, que vous êtes encore enfant, à certains égards !… Ce que vous avez dit à miss Mowlem était bien assez… et plus qu’assez… si vous voulez bien me passer cette remarque ; j’ajouterai même que, dans votre élan de cœur et de générosité, vous êtes allée un peu loin vis-à-vis de cette jeune personne. Ce n’est pas tant le cadeau que vous lui avez fait de votre ruban, bien qu’il ait été un peu trop familièrement offert ; mais il me semble, si j’ai bien entendu, que vous avez poussé la bonté jusqu’à échanger avec elle une poignée de mains.

— Était-ce donc mal ? J’ai cru que c’était la meilleure façon de tout arranger.

— Entre égaux, ma chère, vous avez raison ; mais, si vous voulez bien prendre en quelque considération la différence de rang qui existe entre miss Mowlem et vous…

— J’y réfléchirai tant qu’il vous plaira, cher Lenny ; mais je tiens ceci de mon père, qui jamais, le cher vieux bonhomme, ne s’est beaucoup préoccupé des différences de rang : je ne puis m’empêcher d’aimer ceux qui sont bons pour moi, sans m’inquiéter s’ils sont mes supérieurs ou mes inférieurs ; et, une fois calmée, je m’en voulais déjà tout autant d’avoir effrayé et peiné cette infortunée miss Mowlem, que si elle eût été d’un rang égal au mien. Je tâcherai de penser comme vous, Lenny ; mais je crains bien d’être devenue, je ne sais trop comment, ce que les journaux appellent « une radicale. »

— Chère Rosamond, même en plaisantant, ne parlez jamais ainsi de vous-même. Vous devriez, moins que personne au monde, perdre le sentiment de ces distinctions hiérarchiques sur lesquelles repose le bien-être social.

— Vraiment !… en est-il ainsi ?… Pourtant, cher, il ne me semble pas que nous ayons été créés dans des conditions si différentes. Nous avons tous le même nombre de bras et de jambes ; nous sommes tous sujets au besoin de manger et de boire ; nous avons chaud en été, froid en hiver. Nous rions quand nous sommes contents, et nous pleurons si quelque chose nous afflige. Et, pour sûr, nous ressentons à peu près de même le chagrin et la joie, que nous soyons grands ou petits. Supposez-moi duchesse, Lenny, et je ne pourrai vous aimer mieux ; et je ne vous aimerais pas moins, fussé-je une simple servante.

— Vous n’êtes point une servante, mon cher amour, et pour ce qui est d’une duchesse, veuillez vous rappeler que vous