Page:Collins - Le Secret.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aider à contrôler les comptes de ce M. Horlock, je ne vois pas pourquoi nous ne ferions pas une petite visite à Porthgenna, maintenant surtout que nous savons les appartements du couchant en état d’être habités.

— Oh ! que vous êtes bon, et quel plaisir ce sera ! Comme j’aimerai à revoir cet ancien séjour avant qu’on ne me l’ait changé. Je n’avais pas plus de cinq ans, Lenny, lorsque j’ai quitté Porthgenna, et je désire tant voir ce qui en est resté dans ma mémoire, après une absence aussi prolongée que l’a été la mienne ! Savez-vous bien que je n’avais jamais vu aucun de ces appartements donnant au nord ?… moi qui suis folle des vieilles chambres désertes ! Nous irons dans toutes, mon Lenny ; je vous donnerai la main, et vous verrez par mes yeux, et serez associé à toutes mes découvertes… Je suis sûre que nous verrons des fantômes, que nous trouverons des trésors, que nous entendrons des bruits mystérieux… Et que de poussière montera autour de nous !… Pouf !… j’en ai déjà la gorge malade, rien que d’y penser.

— Puisque nous parlons de Porthgenna, Rosamond, tâchons de garder notre sérieux, du moins pour quelques instants. Il m’est démontré que ces réparations du pavillon nord coûteront une grosse somme d’argent. Maintenant, chère amour, je ne regarderai jamais comme argent mal dépensé, si forte que soit la somme, celui qui pourra vous procurer un vrai plaisir… Je ne fais plus qu’un avec vous de cœur et d’âme…

Ici le jeune mari s’arrêta. Les bras caressants de sa jolie moitié s’enlacèrent de plus belle autour de son cou. Un doux mouvement les rapprocha joue contre joue :

« Continuez, Lenny, » lui dit-elle ; et ces deux simples mots furent prononcés si tendrement que les paroles manquèrent un moment à Léonard, absorbé dans la douce sensation qu’ils avaient fait éprouver à son oreille.

« Rosamond, murmura-t-il, je ne sais pas de musique au monde qui puisse m’émouvoir comme votre voix vient de le faire. Elle me pénètre comme, jadis, quand j’y voyais, me pénétrait l’aspect d’un beau ciel étoilé… »

Tandis qu’il parlait, les beaux bras blancs passés à son cou le pressaient dans une étreinte plus passionnée, et de brûlantes lèvres vinrent se poser à la place que la joue occupait naguère.

« Continuez, Lenny, répétèrent-elles ensuite, avec l’accent du bonheur maintenant mêlé à celui de la tendresse. Vous