Page:Combes - Essai sur les idées politiques de Montaigne et La Boëtie.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de l’argent. C’était l’idée de la magistrature d’assimiler le parlement de Paris au sénat romain ; les états-généraux, ou assemblées du peuple, étaient laissés à la disposition de la royauté, qui les convoquait quand bon lui semblait. Le parlement était toujours là, représentant la monarchie tempérée, le contrôle public de la puissance souveraine : la liberté devenait inamovible comme la justice…

Ainsi les rois de France ne faisaient pas mieux que les autres ; c’est l’opinion de La Boëtie, elle ressort de nos citations et de ses paroles. « Les tyrans aiment à se mettre la religion devant, comme garde-corps, dit-il, » et nos rois ont fait de même : telle est sa conclusion franche et brutale.


L’âge de la Boëtie dans le Contr’un.


On a dit qu’il était irrité, quand il fit ce discours ; qu’il avait été blessé dans son amour-propre par des ministres, par des rois. D’Aubigné, qui vivait en ce temps, l’affirme dans son Histoire universelle. Montaigne, ami intime de La Boëtie, nous dit que ce discours fut tout simplement un exercice de sa jeunesse, plus que cela, de son enfance, ajoute-t-il, et qu’il le composa à l’âge de dix-huit ans, de seize ans même, à un âge où l’on ne peut être blessé ni par les ministres ni par les rois. « Laissons parler, dit Montaigne, ce garçon de seize ans. » Chose bien incroyable pourtant, quelque précoce que fût son génie ! Une telle production suppose plus d’âge, surtout quand on songe à la masse d’observations, d’anecdotes, d’idées qui s’y trouve, et que La Boëtie dut chercher dans une foule d’auteurs se rapportant à son dessein.

Ces recherches, ces combinaisons, ce travail demandent plus de maturité et d’expérience. À ce sujet je ferai remarquer une chose toute physiologique et qui nous aidera à marquer l’âge de l’écrivain : ce n’est pas à l’âge de seize ans et pas toujours à l’âge de dix-huit, que l’on a une dame de ses