Page:Comeau - La vie et le sport sur la Côte Nord du Bas Saint-Laurent et du Golfe, 1945.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
180
LE SAUMON ET SES MIGRATIONS

la métamorphose que j’ai décrite. Il est aussi tout-à-fait possible que le passage de l’état d’alevin à celui de smolt ou tacon qui a tant intrigué les naturalistes, puisse s’opérer de même façon, ce changement ne survenant que lorsque le parr prend contact avec l’eau salée ou saumâtre des estuaires.

Croissance du saumon. — Bien des fois on m’a demandé, en palpant un saumon après son heureuse capture :

— Quel âge pensiez-vous qu’il ait ?

Si le saumon est gros, la question est difficile à résoudre, mais s’il est de taille ordinaire, on en peut juger assez bien et d’assez près en tenant compte de la marche de sa croissance après avoir franchi l’état de Smolt ou tacon. Les alevins passent à l’état de tacons (smolts) dans leur troisième ou quatrième année ; ils désertent les rivières en août ; septembre et parfois octobre, et reviennent à la saison suivante en juillet, août et septembre comme grilse ou saumoneau, pesant alors de trois à quatre livres. Dans ces rivières où le poisson est de grosse taille, on peut y mettre environ une livre de plus. En conséquence, un saumoneau peut être âgé de quatre ou cinq ans. La croissance subséquente du saumon sera de quatre à six livres par année ; ce qui explique le grand nombre de saumons qui pèsent de neuf à douze livres.

Ceux de treize à seize livres ne sont pas communs, ce qui fait un écart comme celui qui existe entre le saumoneau et le saumon de dix livres ; mais ils redeviennent nombreux ceux dont le poids varie entre seize et vingt livres et qui ont probablement alors sept ou huit ans.

Au-delà de ce poids, la croissance devient plus difficile à suivre ; le saumon alors approche de l’âge adulte dans la plupart de nos rivières du nord.