Page:Conan - Silhouettes canadiennes, 1917.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
105
pierre boucher

Tout le monde comprenait que pour réduire les Iroquois, il fallait aller les attaquer dans leur pays. Mais la colonie — criminellement négligée — n’avait pas de troupes.

Cependant l’audace de ces barbares allait toujours croissant. L’anéantissement de la colonie fut décidé, et, comme on sait, au printemps de 1660, tous les guerriers des cinq tribus se réunirent pour fondre sur les établissements français.

Le dévouement de dix-sept jeunes héros sauva la colonie. Épouvantés de leur courage et des pertes subies, les Iroquois rebroussèrent chemin. Mais s’ils n’espéraient plus une destruction complète, ils continuèrent, avec grand succès leur affreuse guerre de surprises.

En 1661, plus de cent Français furent tués ou enlevés entre Québec et Montréal. Parmi ceux qui moururent les armes à la main, il faut citer Jean de Lauzon, fils du gouverneur et sénéchal de la Nouvelle-France [1]. Sa mort terrible et noble lui donne droit à un souvenir éternel.

Aux Trois-Rivières, les Iroquois enlevèrent, un jour, quatorze Français à la fois : « Une femme, écrivait Pierre Bou-

  1. Voici comment Marie de l’Incarnation raconte ce tragique événement du 22 juin 1661 : « Entre les Français qui ont été tués, M. Jean de Lauzon, fils du précédent gouverneur et sénéchal de la Nouvelle-France, est le plus considérable. C’était un homme brave et généreux, toujours prêt à courir sur l’ennemi, et toute la jeunesse le suivait avec ardeur. Lorsqu’on eût appris la nouvelle des meurtres commis à l’île d’Orléans et à la côte de Beaupré, il y voulait aller à toute force pour chasser l’ennemi, on l’en empêcha avec raison. Mais sa belle-sœur, Madame de l’Espinay, dont le mari était allé à une partie de chasse dans les environs, n’eût point de repos qu’elle n’eût trouvé quelque ami pour aller le délivrer. Jean de Lauzon voulut, en cette occasion, signaler l’amitié qu’il lui portait. Il part avec six jeunes gens dans une chaloupe. Étant arrivés vis-à-vis la maison du sieur Maheu, qui est au milieu de l’îsle et qui avait été abandonnée depuis quelques jours, il la