Page:Conan - Silhouettes canadiennes, 1917.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
16
silhouettes canadiennes

fortune sur les bords du Saint-Laurent. Avec son aide, Champlain, en 1608, avait fondé Québec.

Depuis l’exploration de 1606, au fond de son âme, l’immortel marin avait nourri le rêve d’un établissement à cet endroit, et le rêve était réalisé. Le drapeau de la France flottait sur l’Habitation, au pied de la montagne.

Mais la Compagnie formée pour aider Champlain ne songeait qu’aux énormes profits du commerce des fourrures.

Dans la crainte de faire fuir le gibier, ces marchands — férus du gain — ne voulaient pas laisser faire le moindre déboisement. Ils entravaient si bien Champlain, qu’en 1617 Québec n’était encore qu’un petit poste de trafiquants perdu dans l’immensité des bois.

Aucun colon n’avait pu passer en la Nouvelle-France [1]. Il n’y avait encore d’ensemencé qu’un étroit jardin autour de l’Habitation. Champlain le cultivait de ses mains. À son arrivée, en 1608, il y avait semé du blé et du seigle, et, en 1611, à son retour de France, il y avait planté des rosiers.

Avec quelle joie l’héroïque fondateur avait vu les grains pousser, les rosiers fleurir ! Partout dans les reconnaissances son regard d’explorateur interrogeait le sol. Il aimait à dire — comme Jacques Cartier — qu’il y avait, au Canada, « terre aussi bonne qu’il est possible de voir ». Mais qui ouvrirait la voie aux défricheurs ? Qui oserait attaquer l’épaisse forêt, gardée par la cupidité insatiable ?

Champlain savait parfaitement quels cruels mécomptes Louis Hébert avait essuyés en Acadie. Mais il l’avait vu à l’œuvre. Il connaissait sa générosité, sa grandeur d’âme, son courage indomptable. C’est à lui qu’allait son espoir.

  1. Pierre Desportes, Nicolas Pivert et Abraham Martin vivaient de traite, de chasse et de pêche.