Page:Conan - Silhouettes canadiennes, 1917.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
73
marguerite bourgeoys

Compagnie de Montréal n’ayant pas permis à Maisonneuve de lui accorder cette satisfaction, elle se trouva dans une grande angoisse. Il répugnait à sa délicatesse de s’en aller si loin, seule avec un gentilhomme qu’elle connaissait à peine et une recrue de soldats. Cela lui semblait contre la prudence, contre les convenances.

Elle exposa ses craintes à son confesseur. Il lui répondit :

« M. de Maisonneuve est le chevalier de la Reine du ciel, mettez-vous sous sa conduite comme sous la garde d’un ange. »

Dans ses supérieurs, Marguerite voyait Dieu lui-même et elle n’hésita point à obéir. Elle se disait : « Dieu m’a créée, je suis sa chose, je dois exécuter ses ordres, quels qu’ils soient. »

Mais chacun sait combien profonde est la tendresse qui nous lie au sol natal. Puis, il fallait s’en aller dans une contrée sauvage, affronter des périls dont le moindre suffisait à faire dresser les cheveux.

Il semble donc qu’une faible femme était en droit de demander à Dieu un signe manifeste de sa volonté. Et ce signe que Marguerite n’osait désirer, il plut à Dieu de le lui donner ou, plutôt, il voulut que la Vierge lui apparût, la rassurât elle-même : « Va, lui dit la Reine de Ville-Marie, je ne t’abandonnerai point. »

Les cruelles appréhensions de Marguerite se dissipèrent à l’instant ; comme un torrent de lumière, une grande certitude inonda son âme, et une paix surnaturelle, une paix divine la pénétra. « Rien ne me semblait plus difficile », dit-elle dans les mémoires écrits à la fin de sa vie.