Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dont l’enſemble ſe ſaiſit plus facilement, devoient lui plaire plus que les autres. Tels ſont les corps polis & réguliers. Auſſi nous aſſure-t-on, qu’ils lui paroiſſoient les plus agréables : mais il ne put en rendre raiſon. Ils lui plaiſoient même déjà davantage dans un tems, où il ne ſavoit point encore bien dire, quelle en étoit la forme. Son étonnement à la vue d’un relief peint. Comme le relief des objets n’eſt pas auſſi ſenſible