Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tout voir, & de tout étudier à l’œil. Auſſi lorſqu’on lui montroit des objets qu’il reconnoiſſoit au toucher ; il les obſervoit avec ſoin, pour les reconnoître une autre fois à la vue. Il y apportoit même d’autant plus d’attention, qu’il ne les avoit d’abord reconnus ni à leur forme ni à leur grandeur : mais il avoit tant de choſes à retenir, qu’il oublioit la maniere de voir quelques objets, à meſure qu’il apprenoit à en voir d’autres. J’apprends, diſoit il, mille choſes en un jour, & j’en oublie tout autant.

Objets qu’il voyoit avec plus de plaiſir. Dans cette ſituation, les objets qui réfléchiſſent le mieux la lumiere, &