Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une nouvelle maniere de voir. Il n’avoit pas tort ; car il y a en effet autant de manieres de voir, qu’il entre de jugemens différens dans la viſion : & combien n’y en doit-il pas entrer à la vue d’une campagne fort vaſte & fort variée ! Il le ſentoit mieux que nous, parce qu’il les formoit avec peu de facilité.

Le noir lui étoit déſagréable. On remarque que le noir lui étoit déſagréable, & que même il ſe ſentit ſaiſi d’horreur, la premiere fois qu’il vit un negre, c’eſt peut-être parce que cette couleur lui rappeloit ſon premier état.

Comment il vit, lorſque l’opération eut été faite ſur les deux yeux. Enfin, plus d’un an