Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


après, on fit l’opération ſur l’autre œil, & elle réuſſit également. Il vit de cet œil tout en grand, mais moins qu’il n’avoit fait avec le premier. Je crois démêler la raiſon de cette différence. C’eſt que ce jeune homme prévenu qu’il devoit voir de la même maniere avec celui-ci, mêla aux Senſations qu’il lui tranſmettoit, les jugemens dont il s’étoit fait une habitude avec celui, par où on avoit commencé l’opération. Mais comme il n’y pouvoit pas porter du premier coup la même préciſion, il vit de cet œil les objets encore trop grands. La même prévention put auſſi les lui faire voir