Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


corps par les rapports qu’elles ont à ces deux ſens, & elle ſe fait les idées générales des deux eſpeces de Senſations ; Senſations du toucher, Senſations de l’odorat : car elle ne ſauroit alors confondre en une ſeule claſſe des impreſſions, qui ſe font ſur des organes ſi différens.

Il en eſt de même, lorſque nous ajoutons l’ouie, la vue & le goût à ces deux ſens. Elle ſe connoît donc en général cinq eſpeces de Senſations. Si pour lors nous ſuppoſons que réfléchiſſant ſur les corps, elle en conſidere les qualités, ſans avoir égard aux cinq manieres différentes, dont ils agiſſent ſur ſes