Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


que voulant la toucher avec les précautions d’une mere qui craint de bleſſer ſes enfans, elle en écarte juſqu’aux plus légeres inquiétudes, & ſe réſerve à elle ſeule le ſoin de veiller à ſa conſervation ; cet état nous paroîtra peut-être digne d’envie. Néanmoins que ſeroit-ce qu’un homme de cette eſpece ? Un animal enſeveli dans une profonde létargie. Il eſt, mais il reſte comme il eſt ; à peine ſe ſent-il. Incapable de remarquer les objets qui l’environnent, incapable d’obſerver ce qui ſe paſſe en lui-même ; ſon ame ſe partage indifféremment entre toutes les perceptions,