Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


effets ! Mais elle lui retrace bientôt les objets, qui ont ſervi pluſieurs fois à la ſoulager. Dès-lors elle lui fait preſque goûter les mêmes plaiſirs, que la jouiſſance ; & l’on diroit qu’elle ne lui a donné de l’inquiétude pour un mal éloigné, qu’afin de lui procurer une jouiſſance qui anticipe ſur l’avenir.

Ainſi, tandis que la crainte la menace de maux ſemblables à ceux qu’elle a déjà ſoufferts, l’eſpérance la flatte de les prévenir, ou d’y remédier : l’une & l’autre lui dérobent à l’envi le ſentiment du moment préſent