Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


idée contribue à entretenir ſon deſir.

Fruſtrée dans ſon eſpérance, ſon deſir n’en devient que plus violent. Elle fait de nouveaux eſſais, & elle en fait juſqu’à ce qu’il ne lui ſoit plus poſſible de continuer. C’eſt ainſi que les excès où elle tombe, ont ſouvent pour cauſe une habitude contractée, & l’ombre d’un plaiſir que l’imagination lui retrace ſans ceſſe, & qui lui échappe toujours. Elle en eſt punie. La douleur l’avertit bientôt que le but du plaiſir n’eſt pas uniquement de la rendre heureuſe pour le moment, mais encore de concourir à ſa conſervation ; ou plutô