Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D’autres fois elle étudie plus particulierement les objets qui attirent ſon attention. Elle en fait différentes claſſes, ſuivant les différences qu’elle y remarque ; & le nombre de ſes notions abſtraites augmente, à proportion que ſa curioſité eſt excitée par le plaiſir de voir, de ſentir, de goûter, d’entendre, de toucher.

La curioſité lui fait-elle porter les yeux ſur les animaux : elle voit qu’ils ſe meuvent & ſe nourriſſent, comme elle ; qu’ils ont des organes, pour ſaiſir ce qui leur convient ; des yeux, pour ſe conduire ; des armes, pour attaquer, ou pour ſe défendre ; de l’agilité