Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Comment elle apprend à s’en garantir. Ces ſortes d’accidens l’inquiettent, la troublent à proportion qu’ils ſe multiplient davantage, & que les ſuites en ſont plus fâcheuſes. La frayeur qu’elle en a, occaſionne dans toutes les parties de ſon corps de violens frémiſſemens. Les dangers paſſent ; mais les frémiſſemens durent, ou ſe renouvellent à chaque inſtant, & en retracent l’image. Incapable de faire la différence des circonſtances, ſuivant qu’il eſt plus ou moins probable qu’elle eſt à l’abri de pareils événemens, elle a la même inquiétude pour un péril éloigné, & pour celui qui la menace de près : ſouvent même