Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


peines & à ſes plaiſirs. Elle flotte donc entre la confiance & l’incertitude, & traînant ſes eſpérances & ſes craintes, elle touche d’un moment à l’autre à ſon bonheur & à ſa ruine. L’expérience ſeule la met inſenſiblement au-deſſus des dangers, l’éleve aux connoiſſances néceſſaires à ſa conſervation, & lui fait contracter toutes les habitudes, qui la doivent gouverner. Mais comme ſans expérience, il n’y auroit point de connoiſſances ; il n’y auroit point d’expérience ſans les beſoins, & il n’y auroit point de beſoins ſans l’alternative des plaiſirs & des peines. Tout eſt donc le