Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ou s’y confondent, parfumons des corps dont la figure peu compoſée ſoit familiere à notre Statue, & préſentons-les-lui au premier moment que nous lui donnons le ſens de l’odorat. Qu’une certaine odeur ſoit, par exemple, toujours dans un triangle, une autre dans un quarré ; chacune ſe liera avec la figure qui lui eſt particuliere ; & dès-lors, la Statue ne pourra plus être frappée de l’une ou de l’autre, qu’auſſi-tôt elle ne ſe repréſente un triangle ou un quarré : elle croira ſentir une figure dans une odeur, & toucher une odeur dans une figure.