Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


multiplieront ſes erreurs. J’ai fait voir ailleurs les égaremens, où l’on peut être entraîné par la ſuperſtition : mais je renvoie aux ouvrages des philoſophes éclairés, pour s’inſtruire des découvertes que la raiſon bien conduite peut faire à ce ſujet.

Chapitre 5

De l’incertitude des jugemens que nous portons ſur l’exiſtence des qualités ſenſibles.

Nos jugemens ſur l’exiſtence des qualités ſenſibles, pourroient abſolument être faux. Notre Statue, je le ſuppoſe, ſe ſouvient qu’elle a été elle-même ſon, ſaveur,