Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de notions générales.

Comment d’une idée générale, elle deſcend à de moins générales. Lorſqu’elle jette les yeux ſur une campagne, elle apperçoit quantité d’arbres, dont elle ne remarque point encore la différence ; elle voit ſeulement ce qu’ils ont de commun : elle voit qu’ils portent chacun des branches, des feuilles, & qu’ils ſont arrêtés à l’endroit où ils croiſſent. Voilà le modele de l’idée générale d’arbre.

Elle va enſuite des uns aux autres : elle obſerve la différence des fruits, elle ſe fait des modeles, par où elle diſtingue autant de ſortes d’arbres, qu’elle remarque d’eſpeces