Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de fruits ; & ce ſont-là des idées moins générales que la premiere. Elle ſe fera de même l’idée générale d’animal, ſi elle voit dans l’éloignement pluſieurs animaux, dont la différence lui échappe ; & elle les diſtinguera en pluſieurs eſpeces, lorſqu’elle ſera à portée de voir en quoi ils different.

Elle généraliſe, à proportion qu’elle voit plus confuſément. Elle généraliſe donc davantage à proportion qu’elle voit d’une maniere plus confuſe ; & elle ſe fait des notions moins générales, à proportion qu’elle démêle plus de différence dans les choſes.