Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


il d’une maniere bien barbare. Auſſi-tôt qu’il put parler, on l’interrogea ſur ſon premier état ; mais il ne s’en ſouvint non plus que nous nous ſouvenons de ce qui nous eſt arrivé au berceau.

Pourquoi on dit qu’il ne donnoit aucun ſigne de raiſon. Quand on dit que cet enfant ne donnoit aucun ſigne de raiſon, ce n’eſt pas qu’il ne raiſonnât ſuffiſamment pour veiller à ſa conſervation ; mais c’eſt que ſa réflexion, juſqu’alors appliquée néceſſairement à ce ſeul objet, n’avoit point eu occaſion de ſe porter ſur ceux dont nous nous occupons. Il n’avoit aucune des idées que notre Statue a acquiſes, lorſqu’elle connoiſſoit d’autres beſoins que celui