Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de chercher des alimens : il manquoit de toutes les connoiſſances que les hommes doivent à leur commerce réciproque. En un mot, il paroiſſoit ſans raiſon, non qu’abſolument il n’en eût point ; mais parce qu’il en avoit moins que nous.

Pourquoi il oublia ſon premier état. Quelquefois notre conſcience partagée entre un grand nombre de perceptions, qui agiſſent ſur nous avec une force à-peu-près égale, eſt ſi foible, qu’il ne nous reſte aucun ſouvenir de ce que nous avons éprouvé. à peine ſentons-nous pour lors que nous exiſtons : des jours s’écouleroient comme des momens, ſans que nous en fiſſions