Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




D’un homme qui ſe ſouviendroit d’avoir reçu ſucceſſivement l’uſage de ſes ſens.

En ſuppoſant que notre Statue ſe ſouvînt de l’ordre dans lequel les ſens lui ont été accordés ; il ſuffiroit de la faire réfléchir ſur elle-même, pour remettre ſous les yeux les principales vérités que nous avons démontrées.

La Statue compare l’état où elle eſt à celui où elle étoit, quand elle ne connoiſſoit rien hors d’elle. Que ſuis-je, diroit-elle, & qu’ai-je été ? Qu’eſt-ce que ces ſons, ces odeurs, ces ſaveurs, ces couleurs, que j’ai pris ſucceſſivement pour mes manieres d’être, &