Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


que nos connoiſſances & nos paſſions ſont l’effet des plaiſirs & des peines qui accompagnent les impreſſions des ſens.

En effet, plus on y réfléchira, plus on ſe convaincra, que c’eſt-là l’unique ſource de notre lumiere & de nos ſentimens. Suivons la lumiere : auſſi-tôt nous jouiſſons d’une vie nouvelle, & bien différente de celle que procuroient auparavant des Senſations brutes, ſi j’oſe m’exprimer ainſi. Suivons le ſentiment, obſervons-le ſur-tout lorſqu’il s’accroît de tous les jugemens que nous nous ſommes accoutumés à confondre avec les impreſſions des ſens : auſſi-