Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mais elles prouvent au moins, que toutes nos connoiſſances viennent des ſens, & particulierement du toucher ; parce que c’eſt lui qui inſtruit les autres. Si en ne ſuppoſant que des Senſations dans notre Statue, elle a acquis des idées particulieres & générales, & s’eſt rendue capable de toutes les opérations de l’entendement ; ſi elle a formé des deſirs, & s’eſt fait des paſſions, auxquelles elle obéit ou réſiſte ; enfin ſi le plaiſir & la douleur ſont l’unique principe du développement de ſes facultés : il eſt raiſonnable de conclure que nous n’avons d’abord eu que des Senſations, &