Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


lui deviendra même ſi familiere, que ſon oreille n’aura plus beſoin des leçons du tact. Tout ſon lui paroîtra venir de dehors, même dans les occaſions où elle ne pourra pas toucher les corps qui le tranſmettent. Car un jugement ayant été confondu par habitude avec une Senſation, il doit ſe confondre avec toutes les Senſations de même eſpece.

Diſcernement de ſon oreille. Si pluſieurs ſons que la Statue a étudiés, raiſonnent enſemble, elle les diſcernera, non-ſeulement parce que ſon oreille eſt capable d’en ſaiſir juſqu’à un certain point la différence ; mais ſur-tout, parce qu’elle vient de contracter l’habitude de les juger