Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


comme la main, rapporter à une extrémité ce qu’il ſentiroit à l’autre ; & juger des grandeurs, des diſtances & des ſituations. Mais bien loin que le ſentiment qu’il éprouve lui apprenne la longueur & la direction des rayons ; il ne lui apprend pas ſeulement s’il y en a. L’œil n’en ſent l’impreſſion, que comme la main ſent celle du premier bâton qu’elle touche par l’un des bouts.

Quand même nous accorderions à notre Statue une connoiſſance parfaite de l’optique, elle n’en ſeroit pas plus avancée. Elle ſauroit, qu’en général, les rayons font des angles plus ou