Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


habitude des mouvemens propres à la viſion ; pour s’accoutumer à rapporter ſes Senſations à l’extrémité des rayons, ou à peu près ; & pour juger par-là des diſtances, des grandeurs, des ſituations & des figures. Il s’agit de découvrir ici quelles ſont les expériences les plus propres à l’inſtruire. Elle ſent les couleurs au bout de ſes yeux. Soit haſard, ſoit douleur occaſionnée par une lumiere trop vive, la Statue porte la main ſur ſes yeux ; à l’inſtant les couleurs diſparoiſſent. Elle retire la main, les couleurs ſe reproduiſent. Dès-lors elle ceſſe de les prendre pour ſes manieres d’être. Il lui ſemble que ce ſoit