Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


leur fait juger en bas : en un mot, ils voyent les objets dans la même ſituation, que le tact les repréſente. Le renverſement de l’image n’y met aucun obſtacle ; parce que tant qu’ils n’ont pas été inſtruits, il n’y a pas proprement pour eux ni haut ni bas. Le toucher, qui peut ſeul découvrir ces ſortes de rapports, peut ſeul auſſi leur apprendre à en juger. D’ailleurs ne voyant au-dehors, que parce qu’ils rapportent les couleurs ſur les objets que la main touche ; il faut néceſſairement qu’ils s’accordent à porter ſur les ſituations les mêmes jugemens que le toucher.

Ils