Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pieds autour d’elle. Son œil inſtruit par le tact en meſure les parties, détermine la figure & la grandeur des objets qui y ſont renfermés, les place à différentes diſtances, juge de leur ſituation, de leur mouvement & de leur repos. Comment les objets qui ſont au-delà ſe montrent à eux. Quant à ceux qui ſont plus éloignés, elle les voit tous à l’extrémité de cette enceinte qui borne ſa vue. Elle les apperçoit comme ſur une ſurface lumineuſe, concave & immobile. Ils lui paroiſſent figurés, parce que les expériences qu’elle a faites ſur ceux qui ſont à la portée de la main, ſuffiſent à cet effet. S’ils ſe meuvent horiſontalement,