Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


elle les voit paſſer d’une partie de la ſurface à l’autre : s’ils s’approchent ou s’ils s’éloignent d’elle, elle les voit ſeulement augmenter & diminuer d’une maniere fort ſenſible. Mais elle ne juge point de leur vraie grandeur : car elle n’a appris à connoître à la vue les objets renfermés dans le court eſpace ſeul viſible pour elle, que parce que le tact lui a fait lier différentes idées de grandeurs aux différentes impreſſions qui ſe font ſur ſes yeux. Or, ces impreſſions varient à proportion des diſtances, puiſque les images diminuent ou augmentent dans la même proportion.