Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


un objet, il continue de paroître de la même grandeur, tant que la diminution des angles n’altere pas ſenſiblement l’image qui ſe peint ſur la rétine ; & c’eſt parce que cette altération ſe fait par des degrés inſenſibles, qu’un objet qui s’éloigne, paroît diminuer inſenſiblement.

Comment ils apprennent à ſe paſſer du ſecours du tact. Non-ſeulement les yeux de la Statue démêlent les objets qu’elle ne touche plus, ils démêlent encore ceux qu’elle n’a pas touchés ; pourvu qu’ils en reçoivent des Senſations ſemblables, ou à peu près. Car le tact ayant une fois lié différens jugemens à différentes impreſſions de lumiere, ces impreſſions