Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


un objet qui fuit devant lui, ou qui s’éleve dans l’air, qu’il ne le compare avec un plus grand eſpace, à proportion qu’il le voit à une plus grande diſtance.

L’entier uſage de la vue nuit à la ſagacité des autres ſens. Tels ſont les moyens par où la Statue apprendra à juger à la vue de l’eſpace, des diſtances, des ſituations, des figures, des grandeurs & du mouvement. Plus elle ſe ſert de ſes yeux, plus l’uſage lui en devient commode. Ils enrichiſſent la mémoire des plus belles idées, ſuppléent à l’imperfection des autres ſens, jugent des objets qui leur ſont inacceſſibles ; & ſe portent dans un eſpace, auquel l’imagination peut ſeule ajouter. Auſſi