Page:Contes de Madame de Villeneuve, tome 1.djvu/107

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

jeuné ; le même cheval te conduira chez toi. Mais, ajouta-t-elle, quand tu seras au milieu de ta famille, ne songes pas à revoir mon Palais, & souviens-toi qu’il t’est interdit pour toujours. Vous, la Belle, continua le Monstre, en s’adressant à elle, conduisez votre pere dans la Garderobe prochaine, choisissez-y tout ce que l’un & l’autre croirez pouvoir faire plaisir à vos freres & à vos sœurs. Vous trouverez deux malles : emplissez-les. Il est juste que vous leur envoyiez quelque chose d’un assez grand prix pour les obliger à se souvenir de vous.

Malgré la libéralité du Monstre, le prochain départ du pere touchoit sensiblement la Belle & lui causoit un chagrin extrême ; cependant elle se mit en devoir d’obéir à la Bête, qui les quitta après leur avoir dit, comme elle avoit fait en entrant, bon soir, la Belle, bon soir, bon-homme.