Page:Contes de Madame de Villeneuve, tome 1.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

hendant qu’il n’arrivât quelque chose de sinistre à sa fille, n’eut pas la force de répondre. Mais la Belle sans s’émouvoir, & d’une voix douce & assurée lui dit bon soir, la Bête. Venez-vous ici volontairement reprit la Bête, & consentez-vous à laisser partir votre père sans le suivre ? La Belle lui répondit qu’elle n’avoit pas eu d’autres intentions. Eh ! que croyez-vous que vous deviendrez après son départ ? Ce qui vous plaira, dit-elle, ma vie est en votre disposition, & je me soumets aveuglément à ce que vous ordonnerez de mon sort.

Votre docilité me satisfait, reprit la Bête, & puisqu’il est ainsi qu’on ne vous a point amenée par force, vous resterez avec moi. Quant à toi, bon-homme, dit-elle au Marchand, tu partiras demain au lever du Soleil, la cloche t’avertira ; ne tarde pas après ton dé-