Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 23, 1845.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Vous voir, maître Marbre, et vous savoir alors.

Neb fit sa grimace ordinaire en disant ces mots ; et je restai convaincu qu’il avait vu quelque chose qu’il comprenait, mais qu’il ne savait comment expliquer. Ce qui était certain, c’était que John Bull ne dormait pas. Nos doutes à cet égard ne durèrent pas longtemps. Une nouvelle éclaircie dans le brouillard nous montra, à trois quarts de mille, le Léander qui arrivait sur notre hanche sous le vent. Nous sûmes du premier coup d’œil à quoi nous en tenir. La frégate virait de bord et brassait ses vergues de l’avant ; preuve certaine que c’était un bâtiment facile à manier, puisque la manœuvre avait été exécutée contre une forte mer, et sous des huniers avec deux ris pris. Il est probable qu’on nous avait aperçus au moment même où nous les perdions de vue, et on se disposait à larguer les ris.

Cette fois la frégate resta visible pour nous l’espace d’environ trois minutes. J’épiais tous ses mouvements comme le chat guette la souris. Les ris furent donc largués, et les huniers parurent tout à coup à tête de mât, avec la même rapidité que l’oiseau étend ses ailes. Le grand et le petit perroquet flottèrent à la brise au même moment. — Il faisait trop de vent pour la perruche. — Puis ils furent promptement établis, et leurs boulines halées. Comment la misaine et la grande voile furent-elles amarrées ? je ne saurais le dire ; j’avais les yeux sur les manœuvres hautes, et quand je les abaissai, c’était déjà fait. La brigantine avait été bordée auparavant pour aider la frégate à virer vent devant.

Il n’y avait plus d’erreur possible. Nous étions vus, et l’on nous donnait chasse… Pesamment chargés comme nous l’étions, et au train dont allait la frégate, nous ne pouvions tarder à être atteints. Dans cette circonstance, je fis signe à Marbre de me suivre sur le gaillard d’arrière, pour le consulter. J’avoue que j’étais disposé à diminuer de voiles, et à laisser le croiseur nous aborder ; mais Marbre, comme à son ordinaire, fut pour tenir bon.

— Nous allons à Hambourg, qui est situé là, par notre travers sous le vent, dit le lieutenant, et personne n’est en droit de se plaindre que nous suivions notre route. Le brouillard nous masque de nouveau la frégate, et comme il est certain qu’elle nous atteindra en tenant le plus près, je vous engage, Miles, à brasser les vergues parfaitement carrées, à vous éloigner en dépendant de deux quarts