Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 23, 1845.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et, suivant lui, ce début n’annonçait rien de bon pour les trois couleurs. Il est certain que la marine française laissait beaucoup à désirer en 1803. Les Anglais avaient coutume de dire que c’était une rude besogne de prendre un bâtiment français ; oui, parce que la nation était naturellement guerrière ; mais les braves soldats étaient plus nombreux que les bons marins. Et puis il y avait ce malheureux penchant à parler toujours, qui est bien l’obstacle le plus funeste au bon ordre d’un navire.

C’était un beau coup d’œil de voir les quatre frégates dégarnir leurs mâts pour le combat. Les voiles françaises ne furent pas amenées tout à fait dans les règles. Les Anglais au contraire ne se pressèrent pas. Leurs ennemis étaient sous leurs trois huniers, le foc et la brigantine, avec les perroquets cargués, que John Bull n’avait pas encore touché même aux cacatois. Il faut se rappeler que les bâtiments anglais étaient sous le vent, et qu’ils avaient à serrer l’ennemi. Pour y réussir, ils s’avancèrent tellement dans notre direction, dans l’espoir de virer de bord dans les eaux des Français, que je vis que nous éviterions difficilement de leur parler. J’avoue que je n’avais pas compté sur cet incident ; mais il était trop tard pour se retirer ; c’eût été probablement nous faire capturer. Je résolus donc de faire bonne contenance et d’attendre les événements.

Au moment ou les frégates anglaises venaient à une portée de fusil de l’Aurore, les Français, qui étaient alors à un mille et demi à l’est de leurs ennemis, et à un demi-mille au sud de nous, virèrent vent arrière, et présentèrent le cap à l’ouest, ou dans notre direction. Comme c’était s’approcher, les Anglais commencèrent à larguer les amures et les écoutes, afin d’être prêts. Les six cacatois flottèrent tous en même temps, ainsi que les clin-focs ; l’instant d’après, la toile fut roulée, et l’on n’en vit plus un seul bout. Alors les vergues elles-mêmes furent amenées, et toute la voilure légère disparut sur toute la surface du bâtiment, comme un oiseau qui plie ses ailes. Ensuite les basses voiles furent carguées, mais les voiles ne furent pas serrées. La frégate qui était en tête n’était alors qu’à une encâblure de distance.

— Par saint George, Miles, s’écria Marbre qui était à mon côté, la seconde frégate est le Rapide ! Je la reconnais à son étrave et à la grande distance de son sabord de chasse à l’avant. Jamais vous n’avez vu réserver tant d’espace pour traverser les ancres. Voilà bien ses