Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 23, 1845.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du temps. Maintenant je propose, comme la manière la plus simple d’arranger l’affaire, de lui laisser, sa vie durant, la jouissance de la ferme, pourvu qu’elle se désiste bien et dûment de tout droit sur la propriété.

Marbre lui-même en savait assez pour comprendre toute la perfidie d’une pareille offre. D’abord, c’eût été reconnaître par le fait qu’on n’avait point payé ; ensuite, c’était assurer gratuitement à Van Tassel, dans un délai peu éloigné, la paisible possession de la ferme. Au trépignement de pieds de mon lieutenant, je vis que la bombe était près d’éclater, et je lui fis signe de se contenir, tandis que je soutiendrais la discussion.

— Si mon ami consentait à un arrangement pareil, Monsieur, répondis-je, ce serait littéralement vendre son droit d’aînesse pour un plat de lentilles.

— Vous n’oublierez pas, monsieur Wallingford, qu’une vente par autorité de justice, légalement faite, est une chose sérieuse, et sur laquelle il n’y a plus à revenir. C’est d’aujourd’hui eu huit qu’elle doit avoir lieu ; et, le contrat une fois signé, je ne conçois pas trop comment on pourrait s’y prendre pour le faire annuler. M. Wetmore que voici ne paraît guère homme à payer comptant mille dollars.

— Nous ne laisserons point passer l’acte, soyez-en bien sûr. J’achèterais plutôt moi-même la propriété ; et si plus tard on vient à découvrir que la somme avait été effectivement payée, vous êtes bon pour répondre du capital, des intérêts et de tous les frais.

— Vous êtes jeune, monsieur Wallingford, et vous reconnaîtrez la folie d’avancer de l’argent pour vos clients.

— Je ne suis nullement avocat, comme vous l’avez supposé à tort, Monsieur, mais capitaine de navire, et M. Wetmore est mon lieutenant. Mais nous n’en sommes pas moins pour cela en état de payer mille dollars, et même vingt mille, s’il le fallait.

— Vous n’êtes pas avocat ! s’écria Van Tassel en manifestant sa satisfaction par une horrible grimace. Voyez donc ces deux marins qui viennent discuter la validité d’une obligation hypothécaire ! La justice serait admirablement rendue, Messieurs, en vérité, si on vous laissait faire ! Allons, allons, je vois ce que c’est. Vous avez voulu exploiter ma sympathie pour une vieille femme qui depuis vingt ans vit à mes dépens. Je croirais assez que vos neuf cent soixante--