Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Le major était là, Nick était là. L’affaire a été chaude. Un mille de tués. Habits rouges comme du sang.

— Il y a une autre bataille ? s’écria le capitaine. Parlez, Nick qui a gagné ? les Anglais, ou les Américains ?

— Difficile à dire. Les uns les autres se battent. Habits Rouges prennent le terrain Yankees se battent. – Si le Yankee voulait, scalperait beaucoup ; mais pauvres guerriers pour scalper. Pas savoir.

— Sur ma parole, Woods, je n’y comprends rien. Est-il possible que les Américains aient osé attaquer Boston, défendu par une forte armée, des troupes britanniques ?

— Cela ne se peut pas, dit le chapelain avec emphase, ce n’est qu’une escarmouche.

— Quoi vous appeler escarmouche ? demanda vivement Nick ; escarmouche, quand mille hommes tués ! Ah !

— Dites-nous ce que vous savez, Tuscarora, reprit le capitaine en engageant son ami à rester silencieux.

— Bientôt dit, bientôt fait, Yankees sur la montagne, soldats en canots. Cent, mille, cinquante canots pleins d’Habits Rouges. Grand chef était là. Dix, six, deux, tous allèrent ensemble. Faces Pâles venir à terre, se mettre en défense, puis marcher… Boum, boum, coups de canon, coups de fusil. Ah ! comme ils courent !

— Ils fuient ! Qui, Nick ? Je suppose que ce sont les pauvres Américains.

— Habits Rouges courent, répondit tranquillement l’Indien.

Cette réponse produisit une sensation générale. Les dames tressaillirent et se regardèrent mutuellement.

— Les Habits Rouges se sont sauvés ! répéta le capitaine lentement. Finissez votre histoire, Nick. Où fut livrée cette bataille ?

— De l’autre côté de Boston, sur la rivière. Venus en canots pour se battre, comme Indiens du Canada.

— C’est sans doute à Charlestown, Woods. Vous vous rappelez que Boston est sur une péninsule et Charlestown sur une autre. Cependant je ne pensais pas que les Américains fussent dans cette dernière ville. — Beekman, vous ne m’en aviez rien dit.

— Ils n’étaient pas si près des forces royales quand j’ai quitté Albany, Monsieur ; répondit le colonel. Quelques questions directes adressées à l’Indien, nous feront connaître la vérité tout entière.