Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nant toute la vallée. On n’attendit pas longtemps ; bientôt on put l’entendre et même le voir, quoiqu’il fût hors des regards des habitants de la Hutte, à l’exception de ceux qui étaient au-dessus de sa tête. Le capitaine Willouhgby avait préparé une corde dont on laissa flotter un bout que le major attacha autour de son corps. Une secousse fit savoir qu’il était prêt.

— Que ferons-nous ? demanda le capitaine avec une sorte de désespoir. Woods et moi ne pourrons jamais élever ce grand garçon à une telle distance ; il a six pieds et il pèse cent quatre-vingts livres.

— Paix, dit Maud à demi-voix, tout ira bien. Alors, se recueillant, la jeune fille, pâle, mais active, pria son père d’avoir patience. — J’ai pensé à tout, reprit-elle. Nous pouvons nous confier à Mike et aux nègres ; je vais les appeler.

Mike et les deux Plines furent bientôt arrivés.

— O’Hearn, dit Maud d’un ton interrogatif, je crois que vous êtes mon ami ?

— Quelle question ! Si vous désirez une de mes dents, vous pouvez prendre toute ma tête. Och ! autrement je serais un sot ! Je mangerais le restant de mes jours avec une cuiller, rien que pour le plaisir de vous obliger.

— Et vous, Pline et votre fils, vous nous avez connus enfants vous ne répéterez pas un mot de ce que vous verrez. Maintenant tirez cette corde, mais avec grand soin, de peur qu’elle ne casse. Les hommes firent ce qui leur était ordonné et élevèrent leur charge d’un pied ou deux à la fois, jusqu’à ce qu’elle fût presque au niveau de la fenêtre.

— C’est le capitaine qui fait monter un morceau de porc pour approvisionner la maison, en cas de siège, disait tout bas Mike aux nègres qui grimaçaient en tirant la corde.

En ce moment, la tête et les épaules d’un homme parurent à la fenêtre. Mike laissa aller la corde, saisit une chaise, et allait frapper l’intrus sur la tête, mais le capitaine arrêta le coup.

— C’est un de ces vagabonds d’indiens qui a enlevé le porc et qui a pris sa place, vociféra Mike.

— C’est mon fils, répondit doucement le capitaine ; prouvez-nous que vous êtes discret.