Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voulu, vers la demeure des castors ? Oh ! tu t’en repentiras, quand tu seras laissée en arrière et hors de vue.

Alors, il vint à l’esprit de Mike, que probablement quelque article d’importance était resté dans la cabane, et que le bateau venait le rechercher ; il courut donc vers l’habitation abandonnée, chercha dans tous les coins et, ne trouvant rien, revint en se grattant encore la tête et en recommençant à marmotter :

— Du diable si je vois quelque chose ; ce doit être par esprit de contradiction. Peut-être se conduira-t-elle mieux cette fois ; je m’en vais l’essayer encore. À part l’obstination, elle a aussi bonne mine que les autres.

Michel fit ainsi qu’il disait, et procura à la chaloupe les plus belles occasions de faire son devoir. Sept fois il quitta le rivage, et autant de fois il y revint, s’avançant graduellement vers la rive occidentale, jusqu’à ce qu’enfin, à force de descendre le lac, il rencontra une barrière de terre qui empêchait la chaloupe d’incliner davantage vers l’ouest.

— Que le diable te brûle ! s’écria l’honnête Irlandais, le visage ruisselant de sueur ; je pense que tes fantaisies n’iront pas jusqu’à rentrer dans la forêt, où je voudrais de tout mon cœur que tu fusses encore au milieu des arbres qui t’ont donné naissance. Maintenant, je vais voir si tu aimeras assez les contradictions pour remonter une colline.

Il essaya donc de ramer le long du rivage, espérant que la vue de la terre et le voisinage des arbres guériraient le bateau de ses fantaisies. Il n’est pas nécessaire d’ajouter que ses espérances furent trompées, et il fut enfin réduit à entrer dans l’eau, malgré la fraîcheur de la saison, et à s’avancer ainsi le long du rivage, traînant le bateau derrière lui. Aucun de ces incidents n’échappait à Joël, mais pas un seul mouvement de ses muscles ne mit le capitaine dans le secret des perplexités du pauvre Irlandais.

Cependant la flottille s’avançait sans obstacle, et dans l’espace de trois heures elle avait traversé tout le lac. Comme cette distance avait été plusieurs fois parcourue par plusieurs des compagnons du capitaine, il n’y avait pas d’hésitation sur la direction à suivre. Les bateaux abordèrent près du rocher, aujourd’hui appelé le roc Otségo, au pied d’une rive escarpée et couverte de bois, à l’endroit où la Susquehannah sort du lac en un rapide courant, sur-