Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le peu de profondeur des eaux, rendant le travail excessivement pénible. Cependant, à force de persévérance et d’adresse, on surmonta tous les obstacles, et les bateaux atteignirent avant la nuit les chutes d’eau sur lesquelles étaient construits les moulins du capitaine. Là s’arrêtèrent les embarcations : une route grossière avait été percée ; elle suffit pour transporter le bagage sur des traîneaux. Pendant toute cette journée fatigante, Joël non-seulement avait dirigé les travaux, mais il avait aussi payé de sa personne. Quant à Michel, jamais il n’avait fait d’aussi désespérés efforts. Il sentait tout le ridicule de son aventure sur le lac, et voulait en effacer te souvenir par ses exploits sur les rivières. Serviteur loyal, il avait vendu sa chair et son sang, et, dans sa conscience, il voulait que le maitre en eût pour son argent. La facilité avec laquelle le bateau avait descendu la rivière lui causait, il est vrai, quelque-surprise, et en débarquant, il ne put s’empêcher de la témoigner au jeune Pline.

— Voilà un curieux bateau, après tout, dit-il : un jour il est plein de contrariétés ; un autre, il est obligeant comme une bonne mère. Il nous a suivis toute une journée comme un chien fidète, tandis que sur cette grande surface d’eau, là bas, il n’y avait pas plus à le faire marcher qu’un pourceau entêté. Oh ! à en, juger par ses caprices, il doit être du sexe féminin !


CHAPITRE III.


Il dort oublieux de sa brillante renommée,
Il n’a plus le sentiment de la gloire passée ;
Il ne s’échauffe plus aux feux de l’ambition
Qui aux jour d’autrefois transportaient son cœur ;
Il dort dans les rêves de l’oubli
Et ne demande plus qui porte les lauriers…

Percival.

 


Le premier aspect de l’endroit où l’on doit passer le reste de ses jours offre toujours un puissant intérêt. Aussi, madame Willoughby observait en silence tout ce qui était autour d’elle, depuis que le capitaine lui avait appris qu’ils avaient franchi les limites de leur propriété et qu’ils approchaient de l’endroit de leur résidence.