Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


taine est mis au courant de tout ; maintenant il donnera à Nick une nouvelle indemnité.

— Comment ! Nick, mais je vous ai déjà donné deux indemnités.

— Une découverte vaut beaucoup, capitaine. Voyez comme elle fait un grand homme d’une Face-Pâle.

— Oui, mais votre découverte, Nick, n’a pas tant de mérite.

— Comment la trouvez-vous donc ? demanda Nick avec la rapidité de l’éclair. Si vous n’aimez pas la découverte, rendez-moi donc mes castors. Je serais enchanté de les revoir ; les peaux se vendent plus cher que jamais.

— Nick, vous êtes un cormoran, si jamais il y en eut. Tenez, voici un dollar pour vous ; je n’aurai plus à vous payer d’indemnité, cette année au moins. Ce devrait être pour la dernière fois.

— Laissez partir Nick pour tout l’été, capitaine. Oui, Nick est un merveilleux cormoran ! Il n’y a pas un œil si bon parmi les Oneidas ?

Alors le Tuscarora quitta le bord de l’eau, s’avança sur le rocher, et prit d’un air de bonne humeur la main de madame Willoughby, qui était assez attachée à lui, quoiqu’elle sût qu’il avait un grand nombre des vices de sa race.

— Superbe habitation de castors, reprit-il en balançant gracieusement son bras sur le paysage ; bientôt viendront les pommes de terre, et le blé, et le cidre ; tout ce que demande la squaw. Capitaine a un bon fort aussi. Vieux soldat aime un fort, aime à y demeurer.

— Le jour peut venir, Nick, où ce fort peut nous être d’un grand secours, ici dans cette solitude, dit madame Willoughby d’un ton mélancolique ; car ses pensées se reportaient vers ses jeunes et innocentes filles.

Le sauvage contempla la maison avec des yeux enflammés, quoique habituellement son regard semblât terne et voilé ; mais il y avait alors dans ses yeux une intelligence menaçante qui rappelait les sentiments de sa jeunesse et ses habitudes passées. Vingt ans auparavant, Nick avait été l’un des premiers dans le sentier de la guerre, et parmi les plus sages au feu du conseil. Il était né parmi les chefs, et s’était fait expulser de sa tribu plutôt par l’effet de ses passions indomptables que par aucun acte de bassesse.

— Capitaine, dit-il en se rapprochant de lui et en le fixant avec