Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ni son cœur ni ses espérances ne faiblirent. Elle vit que Nick était grave et occupé comme un homme bien décidé à effectuer ses desseins, et elle pensait qu’il n’en avait pas d’autres que la mise en liberté de Robert Willoughby.

Dès que Maud fut assise ; et que Nick eut trouvé une position favorable, il se mit à l’œuvre avec une grande assiduité. Il a été dit que la laiterie, ainsi que la cabane, était bâtie de bûches, ce qui constituait un obstacle suffisant à la fuite du prisonnier. Celles de la laiterie étaient cependant beaucoup plus petites que celles du corps de logis ; mais toutes venaient du pin blanc, arbre commun dans le pays et dont le bois est solide, employé comme il l’était là, mais cède aisément à des outils tranchants. Nick se servit du ciseau pour ouvrir un trou de communication avec l’intérieur en enlevant le mortier qui bouchait les interstices des bûches. Ce fut l’affaire d’un moment ; puis il appliqua son œil à ce trou ; regarda, murmura : – bon ! – et se retira en faisant signe à Maud de venir voir aussi. Notre héroïne obéit ; elle aperçut, à quelques pieds d’elle, Robert Willoughby lisant avec un air de calme qui annonçait son ignorance de l’horrible événement qui venait d’arriver récemment et si près de lui.

— Que jeune squaw parle, murmura Nick. Voix douce comme un roitelet. Aller à l’oreille du major comme le chant de l’oiseau. Musique pour le jeune guerrier.

Maud se recula. Son cœur palpitait violemment, sa respiration devint pénible et le sang battit dans ses tempes. Elle appliqua sa bouche au trou.

— Robert, cher Robert, dit-elle à demi-voix. Nous sommes ici, nous sommes venus pour vous délivrer.

L’impatience de Maud ne lui permit pas d’attendre plus longtemps, et son œil remplaça immédiatement sa bouche. Elle avait certainement été entendue du major, car le livre tomba de sa main et il se montra très-surpris. – Il reconnaît ma voix, même quand je parle bas, pensa Maud dont le cœur battit encore plus vite pendant qu’elle examinait le jeune soldat regardant autour de lui d’un air égaré, comme s’il eût entendu les murmures d’un ange consolateur.

Pendant ce temps, Nick avait enlevé un gros morceau de mortier, et il regardait aussi dans la laiterie. Afin de se faire mieux comprendre, l’Indien enfonça le ciseau dans l’ouverture, et en