Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec son oreille, et pensa qu’en ne perdant pas un moment, on avait encore le temps de se mettre en sûreté.

En une minute, on pouvait atteindre le pied du rocher ; pour monter au trou de la palissade, il fallait la moitié moins de temps, et encore moins pour la franchir, Maud fut mise en avant ; le moment où ils approchèrent tous trois de la porte ne fut pas sans danger. On les aperçut, et cinquante carabines firent feu. Les balles frappèrent contre la Hutte et les palissades, mais personne ne fut blessé. À la voix de Willoughby, la porte s’ouvrit, et quelques instants après, ils étaient tous à l’abri dans la cour.


CHAPITRE XXVIII.


Ils n’ont pas péri ! les douces voix dont je me souviens si bien, les bonnes paroles ; les sourires rayonnants et les traits, ce miroir de l’âme ; tout existe encore.

Tout reviendra ; les liens de pure affection nous uniront encore ; ce qui est mauvais seul succombera, et le chagrin n’ira trouver que le prisonnier.

Alors je pourrai les regarder : lui toujours bon et paternel ; elle toujours belle et jeune.

Bryant.

 


La scène qui suivit ravagea la vallée comme un ouragan. Joyce était resté sur la galerie du toit, animant sa petite garnison et tâchant d’intimider ses ennemis dans ce moment extrême. La pluie de balles avait atteint les palissades et les bâtiments, et il n’avait reçu aucun mal. Mais en entendant en bas le son de la voix du major et l’annonce que miss Maud et Nick étaient à la porte, il changea soudain de système de défense. Il descendit rapidement pour faire son rapport et recevoir les ordres du nouveau commandant, pendant que les nègres, les femmes aussi bien que les hommes, s’élançaient dans la cour à la rencontre de leurs jeunes maîtres.

Il n’est pas facile de décrire ce qui se passa lorsque Willoughby et Maud eurent été entourés par les noirs. Le bonheur se faisait d’autant mieux sentir à ces pauvres êtres qu’ils avaient eu récemment un grand chagrin. La mort de leur maître et la captivité de